figures

chorégraphie  Caroline Breton & Charles Chemin

direction & lumières  Charles Chemin

vidéo  Clélia Schaeffer

création sonore  Dom Bouffard

collaboration lumières  Charly Hové & Fanny Lacour

assistante  Agathe Vidal

stagiaire  Ysé Rouy-Giraud

jeu  Caroline Breton 

Premiere le 15 mars 2022  

La Ménagerie de Verre, Paris

production 

groupe Karol Karol

coproduction 

Ménagerie de Verre, Paris

The Watermill Center, New York

avec le soutien de 

Fonds de dotation Porosus

Centre National de la Danse, Pantin

La Pop, Paris

Les Laboratoires d'Aubervilliers

durée  50 minutes

dates

15, 16 & 17 mars 2022  

La Ménagerie de Verre, Paris

1er mars 2022  

Scène nationale d'Orléans

24 mars 2022  

Théâtre du Garde-Chasse, Les Lilas

août 2023

The Watermill Center, New York

© Clélia Schaeffer_I Hope Visual 6.jpg

© Clélia Schaeffer

Une femme. Ses doubles. Qui se cache derrière l’image ? 

 

figures est le deuxième volet d'une série de portraits vivants, introspectifs, 

manifestes féministes photographiques. I hope, précédente pièce, agissait comme un zoom, on se rapprochait de l’interprète au fur et à mesure du spectacle. Celle-ci, figures, est comme le point d’arrivée du zoom, au plus proche de l’être observé, en immersion au cœur de la fabrique mentale. 

 

La pièce suit le cheminement joyeux de libération intérieure de l’interprète, dépassant les constructions d’identité élaborées sous pression sociale normative. Dans un processus géologique-chorégraphique, des strates de mémoire et de personnages présentes chez l’interprète sont convoquées, des plus ressemblantes aux plus excentriques. Une manière d’agrandir son monde intérieur pour faire face au monde extérieur. 

Ces personnages apparaissant en live et en vidéo, interagissent avec le réel de la représentation, se mêlant à sa danse. Les transpositions géométriques de principes géologiques, dans l’espace et dans le mouvement, chez l’interprète comme chez ses doubles en superposition, mènent à un enchevêtrement des strates qui relèvent de fantasmes enfouis, de peurs inavouées, d'aspirations joyeuses, de réalités anciennes, de rêves perdus, d’enfance rescénarisée. Un portrait fictionnel-réel.   

POROSUS-bl.png